Achat chambre médicalisée
Retrouvez Plus de Retraite sur Facebook
Avis et témoignages des clients Plus de Retraite, expert de l'investissement en EHPAD
bouton d'accès aux fiches tout savoir
bouton d'accès à l'actualité des retraites
bouton d'accès au jeu de grattage

Actualités

31/10/2017
Actualité : Les régimes de retraite vont replonger dans les rouge

En un an, l'espoir de retrouver un équilibre durable des comptes de l'assurance vieillesse s'est brusquement envolé. Tout a commencé...


04/09/2017
Tout savoir : Alzheimer, le protocole qui a guéri 8 malades sur 10 (2ème partie)

LE PLAN D'ACTION QUAND LA MALADIE A DEBUTE Les résultats surprenants obtenus par le Pr Bredesen montrent qu'il ne faut pas se décourager,...


Alzheimer, le protocole qui a guéri 8 malades sur 10 (première partie)

Alzheimer, le protocole qui a guéri 8 malades sur 10 (première partie)

Des chercheurs californiens ont pu inverser la progression de la maladie d’Alzheimer avec des approches non chimiques grâce à un protocole en 36 points.

Rappelons qu’Alzheimer est avec le cancer, la plus terrible des maladies. C’est une maladie qui peut détruire l’entourage du patient (vous!) autant que le patient lui même.

C’est votre mère, votre épouse, votre mari ou votre père qui est touché.

Mais c’est vous qui affrontez un calvaire épouvantable, celui de côtoyer un être cher qui ne vous reconnaît plus, qui peut même être violent, agressif, essayer de vous nuire, sans même savoir ce qu’il est en train de faire.

La maladie d’Alzheimer est un cauchemar éveillé et trouver une solution devrait être la plus grande urgence de la médecine du 21ème siècle.

Dale Bredesen est professeur de neurologie et travaille au centre de recherches sur Alzheimer de l’université de Californie, à Los Angeles. En 2014, il élabore une nouvelle hypothèse thérapeutique et permet à dix volontaires atteints de la maladie de tester un protocole qu’il appelle MEND, l’acronyme anglais d’"amélioration métabolique de la neurodégénérescence".

Au bout de quelques mois, le traitement est couronné de succès pour les huit volontaires atteints d’une forme précoce ou débutante de la maladie. Ils ont récupéré toutes leurs facultés cognitives et ceux qui avaient été contraints de renoncer à leur activité professionnelle à cause du déclin de celles-ci ont pu la reprendre. L’évolution de la maladie a été stoppée chez une neuvième personne qui souffrait d’une forme plus avancée, mais sans récupération. Malheureusement, la thérapie a été sans effet pour la dixième personne, qui se trouvait au dernier stade de la maladie.

Thomas, 69 ans, faisait partie du groupe traité par le « protocole M ». Directeur d’une petite entreprise, il travaillait encore quand il découvrit sa maladie. Il ne pouvait plus se souvenir des noms et visages de ses employés.

Un jour, il lut 6 chapitres d’un livre d’affilée et s’aperçut qu’il avait déjà lu ce livre 15 jours plus tôt. Il passa un examen neurologique qui lui révéla que ses capacités cognitives tombèrent à 17% de la norme.

Il apprit aussi que sa dégradation fut très rapide…

Il n’eut plus d’autre choix que de suspendre l’activité de son entreprise.

Après 10 mois de traitement, les symptômes de Thomas s’inversèrent. Sa mémoire revînt. Il put se souvenir des noms et visages de ses salariés, sans s’y prendre à deux fois. Il passa un nouveau scanner : ses capacités remontèrent à 84%.

Médicalement parlant, son Alzheimer était guéri.


Une mère de trois enfants de 49 ans, Christine, avait perdu l’usage des trois langues qu’elle parlait parfaitement, elle fut diagnostiquée « Alzheimer précoce ». Elle éprouvait des difficultés à trouver ses mots et à reconnaître les visages.

Le pire fut la semaine où elle laissa 9 fois le gaz de la cuisinière allumé. Ça n’était plus seulement embarrassant pour elle, ça devenait dangereux.

Christine suivit pendant plusieurs mois le « protocole M ». Ses compétences en lecture et en reconnaissance faciale s’améliorèrent. Ses capacités en langues étrangères revinrent. Après neuf mois, elle n’avait plus aucun signe de déclin cognitif. Ses enfants n’en croyaient pas leurs yeux, eux qui s’étaient habitués à tout vérifier derrière elle.

Un homme de 57 ans, Dominique, avait perdu son emploi de programmeur informatique en raison de problèmes de mémoire. Il lisait des pages sur son ordinateur et arrivé en bas d’une page il oubliait complètement de quoi traitait le document.

Après une succession d’arrêts maladies, Dominique fut licencié. Il perdit alors sa capacité à jouer de la guitare. C’était son seul loisir. Il devint silencieux et renfermé, quasiment coupé du monde. Son médecin pensa qu’il était dépressif. Au bout de quelque temps il passa un scanner et apprit qu’il avait la maladie d’Alzheimer.

Dominique fut retenu pour le « protocole M ». Sa mémoire s’en trouva améliorée en 5 mois, ainsi que son jeu de guitare. Il n’est jamais complètement revenu à 100% des capacités normales mais il n’en est pas loin. Il a retrouvé du travail et le bonheur de vivre. Le traitement a fait bien davantage qu’interrompre sept années de déclin cognitif : il a inversé les symptômes de Dominique.

QU’ALLEZ-VOUS FAIRE AUJOURD’HUI POUR PROTEGER VOTRE CERVEAU ?

Des chercheurs sont parvenus à isoler les neuf facteurs qui seraient responsables à eux seuls d’un affaiblissement immunitaire capable de laisser le champ libre à la maladie d’Alzheimer :

1. Être obèse, surtout à la cinquantaine
2. Le tabagisme
3. Le rétrécissement de l’artère carotide (celle qui alimente le cerveau en sang oxygéné)
4. Le diabète de type 2
5. Un niveau d’éducation faible
6. Une concentration élevée d’homocystéine, une substance toxique dans le sang
7. La dépression
8. L’hypertension
9. La diminution des réserves physiologiques des personnes vieillissantes (baisse de la masse musculaire notamment)

La bonne nouvelle, c’est que les scientifiques ont aussi mis en évidence les comportements bénéfiques à adopter pour une prévention efficace :

Diminuer la consommation de sel.
- S’assurer d’un apport élevé en folates, la forme naturelle de la vitamine B9, via les légumes verts à feuilles (épinards, salade, chou, haricots), la levure de bière, le foie.
- Consommer des aliments riches en vitamines C et E, des substances cruciales pour la santé cardiovasculaire et le bon état des carotides. La vitamine C est présente dans les fruits et les légumes (persil, crucifères, poivron, cassis, orange, etc.) et la vitamine E dans les huiles vierges d’olive et de colza extraites à froid, les amandes, les noix et l’avocat.
- Boire régulièrement 1 à 2 tasses de café si vous l’appréciez.
- Adopter le régime méditerranéen comprenant une grande quantité de végétaux (fruits et légumes, légumineuses, oléagineux, céréales complètes).
- Réduire la consommation d’acide gras trans et de graisses saturées (viennoiseries, plats industriels, charcuterie) et consommer des huiles végétales riches en oméga 3 (lin, cameline, colza) ainsi que des petits poissons (sardines, maquereaux, anchois) ou des gélules d’huile de poisson.
- Prendre un complément de vitamine B12 (selon les besoins) en cas d’alimentation végétarienne, végétalienne ou de problèmes d’estomac (ulcères, etc.) afin de réduire le niveau d’homocystéine.
- Eviter le fer et le cuivre dans les compléments alimentaires multivitaminés car ils augmentent le stress oxydatif. De plus, le fer est soupçonné d’accélérer les maladies neurodégénératives.
 - Faire au moins 40 minutes de marche ou d’une activité d’endurance 3 fois par semaine. Une pratique physique régulière oxygène le cerveau et multiplie les neurones.
- S’exposer au soleil afin que la peau synthétise la vitamine D, qui permet au système immunitaire de lutter contre les plaques amyloïdes et prendre un supplément (vitamine D 3) de 4 000 UI par jour entre octobre et avril.
- Eviter les modes de cuisson à haute température, comme le barbecue ou les grillades, générateurs de produits avancés de la glycation (AGE), qui fragilisent l’immunité et favorisent l’accumulation de plaques amyloïdes dans le cerveau.
Préférer les cuissons douces et lentes : à l’étouffée, à la vapeur ou à l’eau.

Sources :
https://www.santenatureinnovation.com/alternatif-bien-etre/
https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=689978694380787&id=554178414627483&stream_ref=10

Prochainement : Le plan d’action quand la maladie a débuté.


Publié le 20/08/2017

Partagez cet article sur Facebook : 

Renseignements investir en EHPAD

Commentaires

Cedricmitch

le 02/09/2017 à 11:16

Je suis heureux de voir que la médecine avance dans ce domaine. Nous allons enfin pouvoir essayer d'enrayer cette maladie dévastatrice pour l'entourage.
Merci

Votre commentaire

 Nom ou Pseudo
 Email (facultatif - non publié)
 Site web (facultatif)

D'autres fiches "tout savoir"

Approche par le rendement net : le nouveau réflexe

Pour analyser la performance d’un investissement, se reposer uniquement sur le rendement net de charges n’est pas suffisant puisqu’il...

L'assurance vie ne rapporte plus... elle fait perdre !

L’assurance vie, c’est la mort de l’épargne. C’est officiel : d’après l’enquête « 60 millions...

Investissement en EHPAD : des emprunteurs heureux

Avec des taux de crédit historiquement bas, l'investissement dans un EHPAD est financièrement indolore pour s'assurer un complément...